UXdrivers
Peugeot 508 SW HYbrid 4
Peugeot 508 SW HYbrid 4 en recharge

Hybride : La solution pour les prochaines normes antipollution ?

Avec des réglementations de plus en plus strictes et des prix des carburants qui ne cessent d’augmenter, les Français se tournent notamment vers les motorisations hybrides. En 2016, le nombre de voitures hybrides électriques en circulation en France était de 285 127, ce qui représente seulement 0,89% du parc de véhicule particuliers français.

graphique du nombre de véhicule hybride en circulation en fonction des années.

Mais qu’est ce qui se cache derrière l’expression véhicule hybride ? Est-ce qu’il y a plusieurs types d’hybridation ? Qu’est-ce qui les différencie ? Nous allons y répondre maintenant !

Tout d’abord, il faut se dire que quand on parle d’hybridation, on ne parle pas systématiquement de véhicule électrifié… En effet un véhicule hybride peut tout autant l’être avec deux carburants différents, comme par exemple essence et GPL ou essence et superéthanol, ou bien avec une motorisation thermique, essence ou diesel, couplée à un ou plusieurs moteurs électriques. Vous l’aurez compris, l’hybridation consiste à mélanger des sources d’énergie différentes. Au final les objectifs d’un véhicule hybride sont de consommer moins et d’être plus performant.

Ici, nous allons plutôt nous intéresser à l’hybridation la plus sollicitée lors d’un achat et celle qui est le plus dans l’air du temps : l’hybride électrique.

Comme si tout cela n’était pas déjà assez compliqué, il y a plusieurs niveau d’hybride électrique…

Micro-Hybridation

La plus simple, la moins chère, la plus commune aussi bien qu’elle n’est pas une option dans la plupart des cas : la micro-hybridation. Pour faire simple, c’est tout simplement le Stop & Start qui équipe pratiquement tous les moteurs des véhicules récents. Comme son nom l’indique, le Stop & Start coupe le moteur thermique quand la pédale de droite n’est pas enfoncée et que le véhicule est sur le point de s’arrêter, et il redémarre le moteur quand la pédale d’accélérateur est enfoncée.

Illustration technologie start & stop
Technologie stop & start activée 
source : carprousa.com

Mild-Hybride

Le mild-hybride pourrait ressembler à de la micro-hybridation car il ne permet pas de rouler en mode tout électrique. Il s’agit plutôt d’une aide pour le moteur thermique quand le conducteur le sollicite d’avantage en apportant 20 à 30 chevaux supplémentaires. L’objectif est clairement de baisser la consommation et les émissions de gaz à effet de serre et c’est pourquoi de plus en plus de constructeurs l’utilisent pour que leurs prochains véhicules soient aux normes antipollution de 2020 et 2025 (respectivement : émissions maximales de 95g et 75g de CO2 au kilomètre contre 118g aujourd’hui). Il semblerait que ce soit la meilleure solution de mise en conformité à ces normes car elle n’est pas très coûteuse.

Le surcoût d’une hybridation légère par rapport à un véhicule diesel ou essence se situe entre 800 et 900€

Gilles Le Borgne, directeur de la recherche-développement chez PSA pour Challenges
KiaOptimaT-Hybrid
KiaOptimaT-Hybrid

Full Hybride

Nous retrouvons ensuite les full hybride. Dans ce cas le véhicule reçoit, en plus du moteur thermique, un (ou plusieurs) moteur électrique qui permet au même titre que le moteur à combustion de faire avancer le véhicule.

Donc en soi on peut rouler en mode tout électrique, sans émissions, sans… tout ce que vous voulez qui pollue… Par contre il ne faudra pas espérer rouler plus de 5km dans ces conditions, clairement il vaut mieux avoir toutes les commodités assez proches de votre garage ! Je possède un véhicule (508 RXH) et je parle en connaissance de cause, sur le papier c’est bien, dans la réalité, c’est plus d’entretien, pour au final gagner 1L de consommation aux 100km… Je ne sais pas trop si ça vaut vraiment le coup…

Il faut savoir que les batteries ne sont pas rechargeables sur une prise… Elles se rechargent d’elles-mêmes grâce à un alternateur lors des phases de décélération et de freinage et la recharge est assez rapide dans la mesure où nous prenons les réflexes de la conduite hybride, que l’on pourrait synthétiser en un mot : “anticipation”.

Cette technologie de full hybride est certainement la moins coûteuse lors de l’achat mais elle est en voie de disparition car elle n’apporte pas grand chose et ne justifie pas la très forte hausse du prix final du véhicule.

Full Hybride Plug-In

Mais bien sûr comme vous pouvez le voir, quand on parle d’hybride ce n’est jamais dans la simplicité…

C’est pourquoi il existe aussi (prenez votre respiration) le full hybride plug-in… Derrière ce mot à rallonge se cache en fait la technologie full hybride, je dirais basique, mais avec des batteries bien plus grosses, permettant de rouler plus ou moins 50km ! Et cerise sur le gâteau, en plus du fait que les batteries se rechargent lors des phases de décélération, on peut aussi la brancher à la maison sur une prise standard, ou plus puissante que la marque peut vous poser chez vous, ou bien encore dans des stations de recharges.

Aujourd’hui l’hybride plug-in, bien qu’il soit bien plus cher, est la technologie la plus plébiscitée car il apporte une vraie approche écologique, une certaine liberté, et le plaisir de conduire électrique sur de longues distances, enfin du moins assez pour faire un aller-retour maison-boulot par exemple.

Généralement les marques qui utilisent cette technologie le font payer assez cher, les puissances se rapprochent et dépassent les 300ch et c’est plutôt réservé aux marques premiums (Porsche abandonne le diesel au profit de l’hybride rechargeable essence) bien que des marques généralistes s’y mettent (PSA a présenté sa solution ce 24 septembre), et tant mieux pour notre porte-monnaie !

Porsche Panamera Sport Turismo Turbo S e-hybrid
Porsche Panamera Sport Turismo Turbo S e-hybrid en cours de recharge
69g CO2/km et 3,0L/100km annoncés par Porsche pour 680ch en combinés

Hybride avec prolongateur d’autonomie

Dans cet article on a plutôt parlé de moteurs électriques qui soutenaient des moteurs thermiques, mais ici, c’est le moteur thermique qui est à la charge du moteur électrique.

Pour expliquer simplement, imaginez que votre moteur à combustion est en fait un simple groupe électrogène. Dans ce cas ce sont uniquement les moteurs électriques qui transmettent l’énergie aux roues et le moteur thermique ne s’active que lorsque les batteries sont presque vides, pour les recharger.

Et c’est assez intéressant, car la plupart du temps, il n’y a aucune émission de gaz polluants et pourtant grâce à ce groupe électrogène nous pouvons rouler tout autant que le ferait un véhicule traditionnel. Néanmoins cette solution est assez rare et très peu connue du grand public. Elle mérite pourtant qu’on s’y intéresse… Aujourd’hui le véhicule le plus connu encore en vente qui utilise cette technologie est la BMW i3 (en option à plus de 4000€.), sinon nous pouvons également citer l’Opel Ampera mais qui n’est plus disponible à l’achat. Paix à son âme…

BMW i3 |Source : BMWblog

Voilà, vous savez maintenant ce qu’est un véhicule hybride et comment les différencier ! Est-ce que vous seriez prêt à passer le pas ? Que ce soit au niveau écologique, ou financier ? Si vous avez des retours d’expérience sur des véhicules hybrides électrique, n’hésitez pas à nous en faire part en commentaire ! 

Roman Fougerolle

Votre commentaire

Suivez UXdrivers sur Twitter !

Recevez nos derniers articles par mail !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Vous voulez savoir qui se cache derrière UXdrivers ?

Suivez-nous !

Ne manquez plus nos articles en nous suivant sur nos différents réseaux sociaux.