/widgets.js";var sz=d.getElementsByTagName(s)[0];sz.parentNode.insertBefore(z,sz)}(document,"script","zb-embed-code"));
UXdrivers
Autopartage Citiz
Autopartage Citiz

Autopartage : Et si c’était le futur de l’automobile ?


Nous utilisons nos voitures 15% du temps

Jean-Claude Puerto-Salavert, créateur de Ucar, sur Europe 1

Quand on voit ce chiffre, on se dit forcément qu’il y a un manque à gagner… On sait tous qu’une voiture c’est un gros investissement, que ce soit en entretien, ou tout simplement à la pompe, notamment en ce moment où les prix des carburants ne cessent d’augmenter…

La voiture ça coûte cher…mais…

En d’autres termes, la voiture est un gouffre financier, elle n’apporte aucun retour sur investissement… Et pourtant on peut aujourd’hui la rendre rentable, certes sur le long terme, mais on peut du moins faire en sorte que ce gouffre financier devienne un “petit trou financier”. En effet 85% du temps la voiture ne nous sert à rien, mais ce n’est pas parce qu’elle ne nous sert à rien à nous, propriétaire, qu’elle ne peut pas servir à quelqu’un d’autre ! 

Et l’autopartage se base sur ce principe : mettre à disposition son véhicule personnel pour une durée définie à un tiers quand nous ne nous en servons pas, contre une rémunération.

En fait l’autopartage, c’est comme Airbnb… Mais pour les voitures… (on ne parle pas de garage, au cas où…). Le plafond de verre du partage a dans beaucoup de domaines été atteint et dépassé, notamment dans l’immobilier. Et étrangement, l’immobilier, qui est un des biens qui nous est le plus personnel, est pourtant celui que nous avons le moins de mal à partager. Contrairement à une voiture dans laquelle nous passons seulement 15% de notre temps (et merci les bouchons, les feux…), on passe dans une maison au moins 50% de notre temps, c’est bien plus personnel !

Mais pourquoi avons-nous autant de mal à partager notre voiture ? Je veux dire, pourquoi tarde-t-on autant à proposer des services d’autopartage, à passer le pas, alors que pour l’immobilier cela était presque naturel ?

Malheureusement je ne pense pas avoir la réponse… Je vous invite alors à donner votre propre avis sur la question en commentaire.

L’autopartage c’est chic

En tout cas, une chose est sûre, l’autopartage ça devient vraiment à la mode, tout le monde s’y met ! Et le plus étonnant, c’est que ce ne sont pas les entreprises de mise en relation qui se font le plus entendre, mais bel et bien les constructeurs qui mettent tout en oeuvre pour proposer leurs propres solutions d’autopartage… Ça ressemblerait presque à du placement de produit…

Du professionnel au particulier

Pour en citer quelques-uns, on a tout d’abord (le plus étrange pour le moment) PSA (Peugeot Citroën DS Opel) qui a lancé son service d’autopartage (Free2Move) en Amérique du Nord puis en Chine récemment… alors que PSA ne vend plus aucun véhicule en Amérique du Nord, ils préparent peut-être leur retour… Renault (Moov’in Paris) quant à eux essayent de remplacer les Autolib de Paris recyclées en conserves… Et même Porsche s’y met ! Mercedes et BMW ont fusionnés leurs services d’autopartage (début 2018).

Comme on peut le voir, j’ai seulement parlé de marques qui louent leurs propres véhicules, professionnel vers particuliers (B2C), on pourrait parler de “location extrêmement courte durée”, qu’on “acronymerait” LECD, comme les marques le feraient pour désigner des “Locations Longue Durée” (LLD).

Du particulier… au particulier

Dans le cas précédent, on fait certes  des économies, car on n’a pas de voiture, donc pas de frais, si ce n’est un abonnement ou la location… Mais on n’est pas libre ! On dépend vraiment du stock de véhicules disponibles à l’instant T. C’est pourquoi la solution particulier à particulier est selon moi la plus intéressante. Elle nous permet de posséder son propre véhicule, synonyme de liberté, et grâce au partage d’économiser sur les frais d’entretiens et d’essence, on pourrait presque rouler “gratuitement” si l’on en devient vraiment adepte.

Les constructeurs développent des moyens pour permettre de manière simple l’autopartage, notamment entre proches, famille ou amis. DS a présenté il y a quelques semaines la DS3 Crossback qui utilise le bluetooth et un téléphone pour déverrouiller le véhicule et en prendre le volant sous les conditions que le propriétaire aura prédéfinies via l’application, notamment les horaires.

DS3 crossback
DS3 Crossback | Source : L’Argus

MINI quant à eux, ont mis en place à Madrid (ville la plus friande d’autopartage en Europe) et Barcelone (première smart-city au monde) une flotte de 500 véhicules pour expérimenter cette solution d’autopartage entre proches pour évaluer une éventuelle mise en série de cette solution.

Mini | Source : Mini

Et moi dans tout ça ?

Et bien… je serais très certainement bien le dernier à prêter ma voiture à quelqu’un… encore plus à un inconnu ! Ne me demandez pas pourquoi j’ai fait cet article… Mais en tout cas j’ai pris du plaisir à l’écrire ! Par contre, au-delà de l’aspect partage, l’aspect écologique, pratique, et économique m’attirent beaucoup ! Mais dommage pour ça qu’il faille partager mon bolide, je passe mon tour.

Autopartage : C'est MA voiture
C’est MA voiture

Et vous dans tout ça ?

Maintenant que vous savez que jamais, au grand jamais, je ne partagerai ma voiture pour des raisons diverses et variées, est-ce que vous, vous pourriez partager votre voiture, quand vous êtes par exemple au travail, à des étrangers ? Donnez-nous votre avis en commentaire, ça nous intéresse ! Et si vous êtes nombreux, vous aurez peut-être l’avis des autres membres d’UXdrivers !

Roman Fougerolle

Votre commentaire

Suivez UXdrivers sur Twitter !

Recevez nos derniers articles par mail !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Vous voulez savoir qui se cache derrière UXdrivers ?

Suivez-nous !

Ne manquez plus nos articles en nous suivant sur nos différents réseaux sociaux.