/widgets.js";var sz=d.getElementsByTagName(s)[0];sz.parentNode.insertBefore(z,sz)}(document,"script","zb-embed-code"));
UXdrivers
Minivan Waymo
Minivan Waymo

Voiture Autonome : Waymo explique comment réagir face à un accident

Comme pour toutes nouvelles choses, il y a des règles à apprendre, certaines plus importantes que d’autres, et c’est le cas aujourd’hui pour Waymo.

Nous savons tous qu’un accident de voiture peut être très impressionnant, ne serait-ce que quand on voit les carcasses des voitures. J’aurai tendance à dire tant mieux. Ça veut dire que la voiture a fait ce qu’on lui a demandé, encaisser le choc. Malheureusement il y a des fois des blessés voire même des morts.

Pourquoi ce n’est pas comme une voiture traditionnelle ? 


La technologie étant nouvelle, une partie de cet engagement implique une étroite collaboration avec les responsables de la sécurité publique et les premiers intervenants. Nous voulons qu’ils comprennent le fonctionnement de nos véhicules et puissent être préparés aux pires situations ».

Alexis Georgeson, porte-parole de Waymo

Quand on parle de voiture autonome, forcément, on parle ordinateurs, batteries pour les systèmes intelligents, câbles… Et il y a quelque chose qui relie tout ça : l’électricité. Et c’est bien le problème majeur lors d’un accident.

On ne réagit pas de la même manière face à un des dégâts de nature électrique car les risques sont multipliés comparé à une voiture qui n’en est pas équipée. D’autant plus que les voitures autonomes de Waymo sont hybrides ou électriques, et donc avec des batteries haute tension, voire très haute tension.

D’une manière générale une voiture thermique, lors d’un accident, aura un moteur endommagé, des fuites de carburant et d’autres liquides qui dans le pire des cas peuvent s’enflammer. Alors que pour une voiture hybride ou électrique, à cause des batteries et du grand nombre de câbles, lors d’un accident, il peut y avoir des risques de court-circuit dû à des fils coupés, ce qui peut créer un incendie. Si les batteries sont touchées, cela émet des gaz nocifs et/ou hautement inflammables comme de l’hydrogène, ou du chlore et dans une autre mesure des explosions.

Et c’est bien pour tout ça que les secours, ou tout autres services liés à la sécurité, doivent être au courant de comment agir face à un accident qui implique un véhicule hybride ou électrique. Mais d’autant plus pour les véhicules autonomes, qui utilisent aussi ces énergies, car les secours n’auront pas accès à toutes les fonctionnalités sans désactiver le système autonome. Et si jamais ils ne peuvent pas le désactiver, ils doivent savoir comment débrancher l’alimentation du système intelligent et les bonnes pratiques.

Ce qu’il faut faire

J’ai pu lire le document fourni par Waymo, et je vais pouvoir vous faire un petit résumé. 

Premièrement il faut savoir que le système autonome ne s’active pas si un airbag est déployé, si une porte est ouverte ou mal fermée, si la boite de vitesse est en position parking et que le frein à main est activé.

Comme je le disais plus haut, les secours seront obligés de désactiver le système autonome pour prévenir n’importe quel défaut électrique ou autre. Pour cela, Waymo a mis en place un numéro gratuit accessible 24h/24 et 7j/7. Sinon un bouton est présent dans l’habitacle pour appeler ce numéro directement depuis le véhicule. Il est impossible de désactiver le système autonome facilement sans passer par Waymo en fait.  C’est important de désactiver le système autonome parce qu’il est impossible d’éteindre le véhicule ou de passer la boite de vitesse en mode parking si le mode autonome est activé.

Si jamais le système à distance est endommagé, il est toujours possible de couper le système autonome manuellement. Sous le capot et sous le coffre, il y a une batterie avec un câble qui alimente le système autonome. Le câble à retirer est symbolisé par un ensemble de pictogramme.

Pictogramme Waymo
Pictogramme Waymo | Source : Waymo
Batterie et pictogramme Waymo
Batterie et pictogramme Waymo | Source : Waymo

Le reste des indications explique comment réagir face à certaines conditions, comme un incendie par exemple.

Pourquoi maintenant ?

Waymo n’a pas communiqué à ce sujet, par ailleurs, la marque a annoncé il y a quelques jours le lancement de ses voitures pour les particuliers. Il va de soi que du coup les voitures autonomes vont se multiplier et le risque routier reste évident tant que d’autres usagers n’utiliseront pas de véhicules autonomes. Les utilisateurs ne seront pas forcément au courant des manipulations à effectuer en cas d’accident et donc la formation des secours est primordiale.

De plus, Waymo comptabilise depuis peu 16 millions de kilomètres sur route ouverte et il serait en effet temps de proposer des solutions de secours pour les services adéquats…

Roman Fougerolle

Votre commentaire

Suivez UXdrivers sur Twitter !

Recevez nos derniers articles par mail !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Vous voulez savoir qui se cache derrière UXdrivers ?

Suivez-nous !

Ne manquez plus nos articles en nous suivant sur nos différents réseaux sociaux.